L’Association des Musulmans de Nouvelle-Calédonie – Les Algériens dans le Pacifique

par Azzedine Lahbabi, licencié en histoire

La « vallée des Arabes », près de Bourail, connue aussi sous le nom de village de Nessadiou, marque le paysage calédonien des dernières traces d’une appartenance et d’un lien fort qui existe entre la Nouvelle-Calédonie et l’Algérie. En effet, sur la route qui mène à Bourail, on pourrait être surpris d’y trouver un cimetière avec le croissant de lune à l’entrée aux couleurs du drapeau algérien. Il en va de même pour la mosquée, construite plus récemment avec l’aide financière de l’Arabie Saoudite. Mais c’est surtout en pénétrant dans Nessadiou qu’on a l’impression d’un véritable village de la petite Kabylie. Ce cadre paisible reste pourtant le symbole d’une histoire aussi « glorieuse que tragique ».

En effet, en 1871, le ministre français de la guerre (Gambetta) donne l’ordre d’embarquer à destination de Marseille les smalas et les spahis d’Aïn Guettar et de Bou Hadjar afin de rejoindre le front nord au nom de la souveraineté française. Le 22 janvier, c’est l’insurrection, ces Algériens refusant alors de se battre pour une puissance qu’ils ne connaissent que de nom. La répression du Général Lallemand va entraîner un mouvement de solidarité qui va s’étendre jusque dans la région d’El Milia en passant par le nord de Constantine. On assiste alors à l’émergence d’un leader : El Mokrani. Il refuse sa solde et écrit au Général Augerand, en lui affirmant qu’il est prêt à se battre. Bientôt, c’est toute l’Algérie qui se révolte avec le siège de la garnison de Tizi Ouzou (25 jours). Des figures telles que le fils de l’Emir AbdelKader, ou encore Moustafa Ben Ahmed poussent à la révolte, elle va atteindre différentes régions (Laghorat, Djebel Amor).

Cependant la faible organisation et le manque de moyens entraîne un échec qui va se solder par une indemnité de guerre de 45 millions de francs et par le cantonnement d’une grande partie des tribus. C’est à la suite du « procès des chefs » que 84 d’entre eux sont condamnés à la déportation en Nouvelle-Calédonie sans possibilité d’amnistie, à l’inverse des Communards. C’est dans des conditions inhumaines que le voyage (5 mois) eut lieu, attachés à des chaînes dans des cages, ils furent victimes des maladies et de la malnutrition, et un grand nombre n’atteignirent pas l’île.

C’est en se mélangeant aux autres déportés et grâce à l’élevage du cheval qu’ils survécurent.

Aujourd’hui, le village de Nessadiou avec son cimetière et sa mosquée reste le symbole d’une identité à la fois algérienne et musulmane à préserver.

Références :

– Mehdi Lallaoui, Kabyles du Pacifique, 1994, Edition Au nom de la mémoire, Bezons, France

 

This piece is taken from the website of L’Association des Musulmans de Nouvelle-Calédonie.

See on-line at: http://www.amnc.org/amnc/algeriens.php  

Advertisements
This entry was posted in L’Association des Musulmans de Nouvelle-Calédonie, New Caledonia and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s